jeudi 31 décembre 2009

Les corydales

Les corydales - fumeterres - bretelles hollandaises
Plus de 500 espèces de Corydalis existent selon Wikipedia. Les chinois utilisent plus de 50 espèces dans leur médecine.

Moi, j'aime bien les cultiver

........................................

Le Corydalis buschii en fleur à la mi-mai

-------------------------------
Corydalis densiflora 

----------------------------
 

Corydalis flexuosa (photo par Clovis) le 6 mai

----------------------------------------------------


Dans les meilleures conditions la Corydalis lutea est toujours en fleurs

----------------------------------------------


Corydalis nobilis en fleur tout le mois de mai

------------------------------------------------
On peut dire de celle-là Corydalis ophiocarpa qu'elle est en fleur tout l'été de mai à octobre

---------------------------------------------


Corydalis popovii à la fin d'avril

ici cultivée en pot - par Cliff Booker

-------------------------------------







 Corydalis sempervirens  avec la couleur en Zone 1, Baie James
un autre toujours en fleur (juin à octobre) et facile.
 

---------------------------------------------
Un cultivar de Corydalis solida:


G. P. Baker en fleur en fin de mai

====================


Corydalis wilsonii  culture et photo de Cliff Booker


================================================================

samedi 26 décembre 2009

Malaxis

Très intéressant ce blog de notre chasseur urbain, ROGER LATOUR, botaniste et photographe


Voir le texte complet à http://floraurbana.blogspot.com/2009/12/malaxidologie-1-la-chasse.html

un extrait: Malaxis unifolia
De toutes les espèces d'orchidées que nous avons au Québec elle a les plus petites fleurs. Et, de plus, comble de l’ordinaire: elles sont vertes! Sans intérêt vraiment...




Ce sera quand même (pour cela même) un de mes sujets d’étude préféré. Peu de choses sont connues de son histoire naturelle, de sa reproduction et même de certains détails discrets de son anatomie. La découverte attend le curieux. Quelques années de chasse au Malaxis et voici les spécimens que j’ai cultivé pour en faire une étude plus approfondie. Avoir les spécimens avec soi à la maison et vivre avec... rien de mieux pour développer une compréhension... mutuelle... lentement avec attention.

mercredi 23 décembre 2009

Castilleja, le pinceau indien


Castilleja, le pinceau indien


Wikipedia la décrit comme suit:  “Les espèces sont parfois désignées par le nom francophone de « castilléjie ». Plusieurs des espèces sont appelées « pinceau indien », traduction littérale de l'anglais « Indian paintbrush ». On a dénombré près de 200 espèces différentes.

Plusieurs espèces teintent leur feuillage de la même couleur que la fleur. Ainsi la Castilleja semble toujours en fleur.“

.....................................
Castilleja haydenii
9x10cm
zone 3
Teintes de rouge vif et rose-lavande.

Scarifier les semences entre un papier sablé fin.
Semer, humecter, placer au froid pour 4 semaines,
rentrer au chaud sous une lumière: la germination peut prendre 6 semaines.


..........................
Castilleja scabrida


9x15cm
zone 4
Fleurs en touffe dense de couleur rouge cramoisi.
A cultiver au sec, plein soleil.
Scarifier la semence sur du papier sablée fin,
semer, humecter et placer au froid pour 4 semaines,
rentrer et garder au chaud avec lumière: la germination peut prendre jusqu'à 6 semaines

-------------

Certaines espèces poussent très bien en nature au Québec et Ontario:

Castilleja septentrionalis, zone 1 , le long d'un chemin à la Baie James



photo par Marie-Hélène Fraser (artiste et photographe, membre de FloraQuebeca)








Blogs

Annuaire Québec

lundi 21 décembre 2009

L'ancolie du Canada - Aquilegia - Columbine

Cette indigène arbore des fleurs éblouissantes apportant un
cachet spécial dans un jardin à l'ombre


Photo prise au Parc de la Dauphinelle, Cantley, QC

30-45cm, fleurs rouges et jaunes en mai-juin


Zone de rusticité de 3 à 8


Pour la mi-ombre, mais se cultive aussi au soleil ou à l'ombre


Sol: calcicole, drainé, frais, pH:5-8
Usages: naturaliser, plate-bande, rocaille, fleurs fraiches comestibles, écotoit (toit vert) extensif ombragé



Germe en 16 jours, facilement à la température de le pièce, (17-23C) et rapidement (en dedans d'un mois), sans autre traitement.


Il existe un cultivar nain:










Blogs

Annuaire Québec

dimanche 20 décembre 2009

Saviez-vous que l'on peut faire fleurir nos orchidées indigènes pour Noel

Oui, Roger Latour dans  son blog Flora Urbana:
http://floraurbana.blogspot.com/2009/12/sol-solo.html
nous présente la preuve:




merci Roger de nous inspirer!

mercredi 16 décembre 2009

NOUVELLES VIVACES pour 2010

=========

Ne manquez pas notre Anemone 'nationale', ANEMONE CANADENSIS

Si tel est votre besoin, elle peut envahir les terrains humides, le bord des fossés car elle s'accommode même de la glaise.! On peut aussi s'en servir en bordure d'un étang ou ruisseau au soleil, pour masser, contenant, sol ou terrain toujours humide, résiste aux inondations.

====================
La plante unique pour attirer le papillon Monarque 
l'asclépiade


(Photo de l'espèce horticole différente de l'indigène au Québec)
50-70cm.
Fleurs d'un orange intense en juillet-août.
Zone 3
pour le soleil et endroit plus sec. 

==================== 
JE VOUS GARANTIE, RIEN D'AUTRE NE POUSSERA PARMI CE COUVRE-SOL!
L'ASTRAGALE À LA RÉGLISSE!
Cela fait 2 ans qu'il s'étend dans le sable pur et retient une pente prononcée et il a déjà atteint 2 mètres de diamètre..... jusqu'à date, c'est mon meilleur!!!

====================
Le populage des marais!
CALTHA PALUSTRIS
Jusqu'à date on offrait que des plants au Québec. Facile à germer avec un peu de temps.

Fleurs jaune vif vers la fin d'avril jusqu'en juin sur un feuillage luisant en forme de coeur.
A cultiver au soleil ou à mi-ombre dans un sol riche en matière organique et humide toute la saison

====================



====================

Offert ici sou le nom de Campanula makashvillii,
je pense qu'au hasard de croisements j'ai obtenu une forme de C. alliaraeflora que je nommerai
CAMPANULA ROSEBUD
 Réservez maintenant vos semences, car nous sommes les seuls à l'offrir en ce monde.!

 ====================
Avez-vous déjà vu une Campanule aussi florifère dans un petit pot (5po.)?
Voici une sélection parmi mes semis que j'ai nommé: CAMPANULA RML
 ENCORE UNE FOIS NON DISPONIBLE AILLEURS

  ====================
Le Dianthus Sooty!
 Que pensez-vous de cette couleur proche du noir intense?

 ====================
 La photo vous dit tout UN VRAI SHOW!
et facile de culture aussi: Dianthus superbus rubicundus














====================
Pour ceux qui aimeraient une plante carnivore vivace en zone 1 à 5:
DROSERA ROTUNDIFOLIA

====================
L'an passé, j'offrais que des plants de HOUSTONIA
Voici maintenant des semences!


Si la température fait que cette plante ne manque jamais d'eau, comme en 2009, j'ai eu cette plante
EN FLEUR DE MAI À NOVEMBRE!
Non ce n'est pas une annuelle!

====================
J'ai eu tellement de demandes pour cette plante qui a une floraison sempiternelle que je l'offre à nouveau.
MECONOPSIS CAMBRICA
Pour moi, elle fleurit jusqu'à novembre!














====================
Pour une monarde indigène qui peut naturaliser un champ à l'abandon,
Fiez-nous à la MONARDA FISTULOSA
Et de plus, elle est excellente pour la biodiversité, attire les papillons et les pollinisateurs, etc...

====================
Pour moi, ce PENSTEMON SMALLII  est très difficile à photographier!
Essayez-le, vous lui rendrez justice.
EN FLEUR DE JUIN  LA FIN D'OCTOBRE... bon pour les colibris!

====================
Pour une touche de printemps, la PRIMULA BULLEYANA


Prend le soleil et l'ombre!

====================
Je suis peut-être le seul à offrir cette plante indigène à partir de la semence!
la PYROLE 


Nos semences proviennent de plants qui poussent au soleil en Zone 1, dans un sol graveleux et humique.

====================
 Cette plante , SEDUM KAMTSCHATICUM
décore bien la couronne de mon muret!

====================

 ====================


mercredi 18 novembre 2009

Le poète au Champ Dormant

 (Roger Latour est photographe, poète à ses jours et un observateur acharné de la nature. Ses autres sujets d'éditorial sont à http://floraurbana.blogspot.com/2009/11/champ-detude-voyageur.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter)

 

 Editorial d'un poète qui s'ennuie déjà de l'été

mercredi 18 novembre 2009


Champ d’étude voyageur


l’appel au Champ Dormant

Quand tout est fait de la bonne lumière et de la chaleur, les végétaux ferment boutique, se dénudent de l’inutile, entrent sous terre. Ils se départissent du gélif et ne gardent que les pieds au chaud. Encore: ils meurent et se défont. De toute la population d’une espèce souvent il ne restera pour l’hiver que la forme patiente du printemps: les graines des annuelles par exemple. Un peuple entier disparu dont ne reste que des petits morceaux de rêve. Des embryons faits pour attendre. Ou voyager. Les graines des plantes sont de petites machines à traverser l’espace et le temps.


échantillons campestres

Cette vie suspendue des plantes, ce curieux hiatus des générations où tout le monde disparaît, est donc bien plus qu’une hibernation, un pont vers une autre saison. Les yeux fermés on attend ce qui arrivera: mais aussi, quand nous les ouvrirons, où serons-nous? De quoi sera fait le milieu? Avec les graines les plantes sont préparées à faire face à tout. Pour voyager elles envoient la génération suivante qui n’amène que le minimum et se fait légère: un vecteur (vent, oiseau, humain) s’occupe de toute cette dépense en énergie pour se déplacer. Se moquer de l’immobilité des végétaux c’est notre façon de nier qu’ils se servent de nous...comme des oiseaux ou du vent. Notre excès d’animation est tout ce qui leur faut pour voyager un maximum.


carottes ensommeillées

Le vent, lui, ne pose pas de question: lui aussi pousse et porte fruit. Les végétaux comptent sur la plus complète miniaturisation de toutes pièces d’équipements: ce n’est pas l’organe qu’ils apportent, c’est son ébauche à ressort et le plan pour construire le reste, le code génétique. Prêts à bondir quand l’occasion se présente. C’est toute la confiance en leur adaptabilité qu’ont les végétaux. Et au cas où, ils feront d’énormes quantités de petits voyageurs sans autres investissements parentaux. Avec ce code et aux simples conditions de trouver de l’eau, de la lumière et de l’air ils construisent ensuite sur le champ tout le nécessaire. Cette permanente relocalisation de l’entreprise (du quartier industriel au complet!) a été inventé il y a bien longtemps.


chicorée rêvant

Une parcimonie trompeuse donc la graine. La force du tigre et la taille de l’éléphant comprimées dans quelques millimètres. On se trompe comme on se trompe habituellement quand on juge les végétaux: des simplets croit-on, à peine différents d’un caillou ou d’un nuage. Mais des simplets avec un code génétique plus grand que le nôtre bien souvent! Tant d’efforts investis dans cette fausse parcimonie. Avez-vous remarqué que nous sommes entourés? Et que nous sommes dépendants...


dans la paume de ma main: tout un champ portatif et embryonnaire

Et sous la ligne de gel n’imaginez pas que ces graines font rien. Des processus discrets et lents ont lieu: la stratification par exemple. Pour bien des espèces ce passage obligé avant la germination est une forme de comptage des jours, on mesure le temps et on lit la météo. Mais il y a plus. Est-on profondément enfoui, on attend. Des décennies. Un coup de pelle des humains nous ramènent à la surface: on bondit! Les plantes savent donc se situer dans la profondeur du sol. Elles se dépenseront innombrables sans compter. La banque est grande. Patience de l’opportunité ou tir tous azimuts: même combat!


un peu plus loin, un peu plus tard

Qu’avez-vous dans la main Monsieur? J’ai pris le champs, Madame, et je l'amène plus loin.


Roger Latour est photographe, poète à ses jours et un observateur acharné de la nature. Ses autres sujets d'éditorial sont à http://floraurbana.blogspot.com/2009/11/champ-detude-voyageur.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

mardi 17 novembre 2009

UNE+AGASTACHE+TRES+FLORIFERE

Voici une contribution d'un confrère de Belgique:
Marcel VANDERHOVEN = http://notrejardin.skynetblogs.be


UNE AGASTACHE TRES FLORIFERE

P1060937Au jardin, j'ai plusieurs espèces d'agastache, tout d'abord la plus courante "Agastache foeniculum"  appelée aussi Agastache fenouil ou encore Anis hysope, celle-ci a un goût d'anis très prononcé. Elle est d'ailleurs utilisée dans la cuisine asiatique ou encore nord-américaine.
Une autre espèce présente est l'Agastache Golden jubilee dont les feuilles sont d'un vert pâle du plus bel effet et comme la précédente, ses fleurs sont des épis mauves.
Celle que je vous présente est l'Agastache Mexicana Sangria, très différente des précédentes et notamment sa floraison très longue et du plus bel effet.
Pour les 2 premières variétés, les semis donnent de très bon résultat, le printemps prochain ce sera au tour de cette "Mexicana Sangria".


UNE+AGASTACHE+TRES+FLORIFERE

lundi 9 novembre 2009

Perles indigènes de l'été 2009

Au cours de l'été 2009, à travers mes pérégrinations dans les forêts de l'Outaouais, je suis tombé sur des plantes indigènes à statut précaire, soit menacées ou vulnérables.

En voici quelques-unes et j'en ajouterai d'autres au fur et à mesure que j'écrirai mon rapport de situation.

La Cardamine concatenata

.Conopholis americana

Cypripedium parviflorum
.
Cypripedium reginae

Pterospora andromedea


Veronica anagalis-aquatica