mercredi 21 octobre 2009

Philosophie flora-urbaine!

Reçu du botaniste de Flora Urbana
à: http://floraurbana.blogspot.com/2009/10/vers-la-premiere-reserve-de.html

mercredi 21 octobre 2009


Vers la première Réserve de Biodiversité Urbaine!

du guérilla gardening dans le terrain vague
Le Comité des Citoyens du Mile End (Plateau Mont-Royal) a remis son document de synthèse dans le cadre de la requalification du quartier à l’attention des candidats de l’élection municipale du 1er novembre.
Le sous-comité du “Champ des Possibles” (duquel je fais partie) a dressé un cahier de charge qu’il désire voir respecté par l’arrondissement. Ce cahier contient la vision et les souhaits touchant tous les aspects de la vie des citoyens en regard du terrain vague.
Ce qui m’intéresse ici c’est l’attention portée à la biodiversité du terrain vague. Nous le nommons maintenant Champs des Possibles et dans ce blogue j’ai longtemps utilisé l’expression temporaire Maguire-Roerich. Vous trouverez donc dans le nuage de libellés dans la colonne de droite toute l’information nécessaire sur cet espace vert.

Plus bas vous trouverez donc une copie de la page traitant de la biodiversité du Champ des Possibles. Il s’agit d’un sommaire et je crois bien que nous avons produit ce qui est le premier inventaire-citoyen de la biodiversité d’un terrain vague. Bien qu’incomplet il donne une bonne idée de la situation.

Par ailleurs, trouvez ici un document détaillant ce sommaire. (Merci à Serge Bellemare pour l’hébergement du PDF). C'est probablement le premier inventaire de la biodiversité d'un terrain vague réalisé en science-citoyenne et disponible sur le Web! Wow!

Début du texte du document-synthèse:
La biodiversité urbaine
Malgré les apparences le Champs des Possibles a une riche biodiversité. C’était une gare de triage démantelée et spontanément, avec le temps, cet endroit “désert” est devenu un espace vert. Le vent, le chemin de fer, les oiseaux et les animaux (y compris les humains!) ont tous apporté des graines ici. Cet espace vert est maintenant l’habitat de nombreuses espèces. C’est un assemblage d’espèces d’ici et d’ailleurs. Comme les humains qui habitent Montréal!
Aujourd’hui la biodiversité au Champs des Possibles:
espèces végétales:
- plus de 93 espèces de 34 familles.
- dont le rare cynoglosse officinale et une nouvelle espèce pour le Québec: la verveine prostrée.
- dont 19 espèces d’arbres, et la plus grande population de noyers noirs au Québec
espèces animales:
- 18 espèces d’oiseaux
- 11 espèces de papillons
...et beaucoup d’autres espèces d’insectes, d’invertébrés et même quelques mammifères.
Tout ça dans un endroit “inintéressant”, “contaminé” et “dangereux”! Clairement il faut regarder cet endroit d’un autre oeil! Faire place à la diversité vivante en milieu urbain nécessite de l’innovation. Nous avons des idées!
Demain possible
On parle de requalifier les espaces dégradés, d’augmenter la biodiversité et les infrastructures naturelles...eh bien...commençons ici! Transformons ce terrain vague en Réserve de Biodiversité Urbaine: une première mondiale!
Pour y favoriser la biodiversité il faut diversifier sa morphologie: faire des talus et créer un plan d’eau. Faites l’habitat et les espèces le trouveront. Ce sont des processus naturels que nous pouvons aussi améliorer: la plantation de quelques espèces d’arbres fruitiers attirera plus d’oiseaux. La plantation de certaines autres espèces fera l’affaire des papillons. Osons! La section nord du Champs des Possibles peut devenir une Réserve de Biodiversité Urbaine qui s'inscrira dans un contexte géographique plus large, un élément portant d'une mosaïque reliée par un biocorridor urbain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire